result
Troubles du sommeil comment y remédier ?
Agir pour sa santé.
Comprendre les enjeux.
PARTENAIRE
Conséquences d’un sommeil perturbé
Le sommeil est essentiel à l’équilibre de votre organisme. S’il est perturbé, les conséquences peuvent être lourdes.
Les troubles de l’humeur et la fatigue compliquent vos relations sociales, ce qui est source de stress, lui-même à l’origine de troubles du sommeil. C’est le cycle infernal auquel il faut échapper.
Croissance altérée et teint brouillé :
un sommeil perturbé affecte la sécrétion de l’hormone de croissance, impliquée dans l’augmentation de la taille, mais plus généralement, dans le renouvellement des cellules, dont celles de la peau. Ce qui explique le teint parfois un peu brouillé, après une nuit trop courte.
Irritabilité :
le manque de sommeil entraîne des difficultés à contrôler ses émotions.
Dérèglement du rythme :
le rythme jour/nuit est également perturbé car certaines hormones de l’horloge interne, comme la mélatonine, n’ont pas été sécrétées correctement.
Fatigue :
la première conséquence du manque de sommeil est l’état de somnolence, le lendemain, ainsi que la difficulté à se concentrer. 
Prise de poids et diabète :
votre corps n’ayant pas eu le temps de reconstituer ses stocks d’énergie, le métabolisme du sucre est altéré, favorisant la prise de poids et l’apparition du diabète.
Qu’est-ce que le sommeil ?
Conséquences d’un sommeil perturbé
Dormir, pour récupérer physiquement
Le sommeil est une période de récupération physique. Vous êtes allongé avec la majeure partie des muscles détendus. Quant aux muscles qui continuent à travailler, ils adoptent un rythme plus lent : muscle cardiaque, muscles respiratoires….
Pendant le sommeil, le corps se prépare à affronter la phase de veille à venir.
Dormir, pour ressourcer son cerveau
Votre cerveau aussi change de rythme. Il passe de l’état de veille à celui de sommeil profond puis revient à celui de sommeil paradoxal, au cours duquel les rêves surviennent. Le sommeil permet également de réorganiser les contacts entre les neurones qui composent le cerveau. Ce qui explique le rôle clé du sommeil dans la mémoire.
Dormir, pour réveiller d’autres organes
Pendant votre sommeil, les glandes sécrétant des hormones s’activent, ainsi que les organes régulant la température corporelle et le système de défenses immunitaires…
Améliorer la qualité de son sommeil ?
L’amélioration de la qualité de votre sommeil passe par quelques bonnes habitudes.
Horaires réguliers :
se coucher et se lever à des heures régulières, y compris le week-end pour recaler le rythme veille/sommeil.
Exercice physique :
à pratiquer dans la journée, mais pas en soirée, pour faciliter l’endormissement.
La sieste :
elle ne perturbe pas le cycle veille/sommeil, à condition qu’elle soit de courte durée (5 à 20 minutes) et en début d’après-midi.
Excitants à éviter :
ils peuvent retarder l’endormissement et provoquer des réveils au cours de la nuit. Le soir, éviter l’alcool et le tabac. Après 16 h, ni café, ni thé, ni boissons au cola, ni vitamine C. 
Écrans hors de la chambre :
les écrans diffusent une lumière très vive qui trompe et retarde l’horloge interne. De plus, les jeux et les réseaux sociaux sont stimulants et reculent le moment de l’endormissement. Une fois couché, limiter les tensions, laisser la température corporelle diminuer (donc ne pas s’agiter), baisser la luminosité et avoir une activité relaxante.
Stress à la porte de la chambre :
éviter toute pensée stressante au coucher. Le lit n’est pas l’endroit pour travailler ou régler les affaires courantes.
La lecture pour s’endormir :
en cas de difficultés à s’endormir ou se rendormir, ne pas tourner dans le lit. S’installer confortablement sous une lumière douce et lire un livre (pas d’écran !) jusqu’à ce que le sommeil gagne.
Votre chambre idéale :

literie de qualité  température modérée (18-20°C)  lumière tamisée  atmosphère calme et sans bruit : téléphone hors de la chambre.
Votre santé dépend de votre sommeil
Les troubles du sommeil peuvent diminuer notablement votre qualité de vie.  Demandez conseil à votre médecin, il peut intervenir à différents niveaux.
si nécessaire, il peut vous prescrire un traitement pour vous aider à vous recaler. Il ne doit toutefois être pris que pendant quelques jours. La prise chronique de somnifères ou d’hypnotiques (y compris vendus sans ordonnance) n’est pas efficace et entraîne certains effets indésirables (troubles de la vigilance, diminution des réflexes, difficultés à se concentrer, troubles de la mémoire…). Ils peuvent même induire un phénomène de dépendance.
Proposer des solutions adaptées :
stress professionnel, troubles de l’humeur (anxiété, état dépressif), mauvaises habitudes, traitements médicamenteux…
L’insomnie chronique concerne
1 français sur 5
En cas de troubles importants ou résistants aux mesures habituelles, la consultation d’un spécialiste peut être nécessaire. Il procédera à des examens, éventuellement pendant votre sommeil, pour en identifier la cause et proposer une prise en charge adaptée.

Identifier les causes de vos troubles du sommeil :
Institut national du sommeil et de la vigilance :
VISITEZ LE SITE
Sources :
- Société des neurosciences. Le sommeil. 2013. - Inpes. Bien, mieux vivre.  - Institut national du sommeil et de la vigilance. Sommeil et stress. - Institut national du sommeil et de la vigilance. Sommeil : un carnet pour mieux comprendre.
© 2020 IDS Media. Tous les droits sont réservés.
IDS media
1A, rue André 60500 CHANTILLY
www.ids-media.fr
Testez vos connaissances sur la santé sur Quiz Santé
quiz-sante.fr
Mentions légales