result
PARTAGER
La première bouillie
Le lait maternel est ce qu’il y a de mieux pour votre enfant. Si vous en avez la possibilité, essayez de nourrir votre bébé exclusivement au sein durant les quatre à six premiers mois.
Pendant ce temps, l’appareil digestif mûrit progressivement et se prépare à recevoir des aliments solides. La phase de diversification, où l’on introduit peu à peu des bouillies, commence au plus tôt à la fin du 4ème mois. Il est toutefois conseillé de ne pas commencer la diversification après le début du 7ème mois.
Fini le lait ?
Non ! La diversification consiste à donner des aliments en complément du lait. Au terme des six premiers mois, une alimentation exclusive au lait maternel ou infantile n’est plus toujours assez nourrissante. De plus, à partir de six mois, les besoins nutritionnels des bébés augmentent. Leurs besoins en fer n'ont par exemple jamais été aussi élevés. Ceux en zinc augmentent également. Une diversification équilibrée est en mesure de couvrir ces derniers.
Rien ne presse
Tous les enfants ne sont pas prêts à commencer la diversification de manière précoce. Au lieu de compter les semaines, mieux vaut observer les signaux de votre enfant. Chaque enfant est unique et montre son intérêt pour la nourriture de manière plus ou moins claire : laissez-le essayer tout seul !
Pas à pas
Introduisez les aliments progressivement, car il faut laisser le temps à l’appareil digestif de votre enfant ainsi qu’à votre propre lactation de s'adapter. 3 à 4 semaines après que la première bouillie constitue un repas complet (en général le repas de midi), vous pourrez introduire la bouillie suivante (celle de l’après-midi ou du soir). 
1ère semaine :
commencez par 2 à 3 cuillères à café de bouillie de légumes puis augmentez les quantités jusqu’à 100 g. 
2ème semaine :
ajoutez aux 100 g de légumes environ 50 g de pomme de terre et 1 cuillère à soupe d’huile pour aliment bébé. 
3ème semaine :
ajoutez 20 à 30 g de viande pour compléter la bouillie. Vous pouvez également y ajouter un peu de jus de fruit ou alors proposer une compote de fruit en dessert.
Signes possibles de maturité pour débuter la diversification
Il ouvre la bouche lorsque la cuillère arrive
Bébé essaie d’attraper la nourriture
Il suit du regard la cuillère de l'assiette à la bouche
Il mâche bruyamment et avec intérêt
Il ne repousse plus la bouillie avec sa langue
Il peut rester assis un court instant (avec un peu de soutien)
Poursuivre l'allaitement
Au début, continuez de donner le sein ou le biberon après chaque bouillie, jusqu’à ce que la bouillie remplace totalement le lait. Poursuivez l’allaitement à la demande aussi longtemps que vous et votre bébé le souhaitez.
Information importante
Pour votre bébé, rien ne vaut le lait maternel, car il lui apporte tous les nutriments essentiels à sa croissance et à son développement. Il est particulièrement important que la mère ait une alimentation variée et équilibrée pendant la grossesse et l’allaitement. Les laits infantiles offrent une alternative quand l’allaitement n’est pas possible ou pas suffisant. Attention : augmenter les quantités de lait infantile peut avoir des effets négatifs sur la lactation. Il est donc difficile, d’un point de vue physiologique, de revenir sur la décision de ne pas allaiter. Si vous utilisez un lait infantile, nous vous rappelons qu’il est important pour la santé de votre enfant de respecter les instructions de préparation et de stockage.
À la cuillère ou avec les doigts
La première cuillère de bouillie : un moment important dans le développement de bébé.
Si vous vous souvenez de la première fois où vous avez mordu dans un fruit exotique, vous pouvez sensiblement vous mettre à la place de votre bébé. Chaque bouchée est maintenant une véritable explosion de saveurs. Les bébés ont plus de trois fois plus de papilles gustatives que les adultes et le goût des aliments est pour eux beaucoup plus intense. C’est pourquoi il convient de s’en tenir ici à l'essentiel. Sucre, sel et autres épices ne conviennent pas aux bébés. Ils n’en réclameront qu’une fois qu’ils s’y seront habitués. Ce qui importe la première année, c'est de découvrir le goût pur et authentique des ingrédients. 
Avec les doigts plutôt qu’à la cuillère ?
Certains bébés n’aiment pas du tout la bouillie. Pour ces petits bouts souvent très curieux, il est bien plus intéressant d'attraper les aliments avec les doigts. Selon les principes de l’alimen- tation autonome du nourrisson (« baby led weaning »), il décide lui-même de ce qu’il mange tout seul ainsi que de la quantité. On lui propose quelques morceaux cuits et tendres qu’il pourra attraper et manger facilement. Il peut ainsi s’habituer précocement à différentes consistances. Mais n’allez surtout pas trop vite en raison du risque d’étouffement.  Parfois, bébé est plus occupé à jouer et à découvrir qu’à se nourrir. C’est certes important, mais il risque ainsi de ne pas recevoir assez de nutriments, car en appliquant la méthode à la lettre, il est possible que les quantités ingérées soient très faibles. Il vaut donc mieux essayer de lui donner un peu de bouillie en complément, car celle-ci est parfois mieux acceptée en combinaison avec les aliments solides que lorsqu’elle est proposée seule.
Bien utiliser la cuillère
Pour commencer, utilisez une cuillère en plastique arrondie. Elle est plus douce et ne chauffe pas excessivement au contact d’aliments chauds. Une cuillère bombée déclenche mieux le réflexe de déglutition dans la bouche de bébé
Évitez de distraire ou de jouer avec votre enfant. Il doit ouvrir tout seul la bouche et se concentrer sur la nourriture
Ne désespérez pas si votre bébé refuse la cuillère. Il a sans doute besoin de temps. Faites une pause d’une à deux semaines avant de réessayer. Ne le pressez pas
Restez zen ! Certains bébés commencent à manger plus tard que d'autres, n'acceptent les bouillies que vers neuf mois ou se mettent directement à manger des aliments solides
Il peut rester assis un court instant (avec un peu de soutien)
Il ouvre la bouche lorsque la cuillère arrive
De la première bouillie à la cuisine familiale
Information importante
Pour votre bébé, rien ne vaut le lait maternel, car il lui apporte tous les nutriments essentiels à sa croissance et à son développement. Il est particulièrement important que la mère ait une alimentation variée et équilibrée pendant la grossesse et l’allaitement. Les laits infantiles offrent une alternative quand l’allaitement n’est pas possible ou pas suffisant. Attention : augmenter les quantités de lait infantile peut avoir des effets négatifs sur la lactation. Il est donc difficile, d’un point de vue physiologique, de revenir sur la décision de ne pas allaiter. Si vous utilisez un lait infantile, nous vous rappelons qu’il est important pour la santé de votre enfant de respecter les instructions de préparation et de stockage.
Le début de la diversification a lieu en fonction des besoins individuels de votre enfant.
Apprendre à bien manger à son propre rythme
Cru ou finement râpé, cuit, rôti, en morceau à tremper, en brochette, en soupe ou dans des sauces et smoothies : il y a forcément une solution. Accompagner l’ingrédient d’un aliment que votre enfant apprécie peut aussi favoriser son acceptation et sa découverte sensorielle.
Même bébés, nos enfants développent un tempérament bien à eux. Un petit bout timide, un tourbillon plein d’énergie, un petit être sensible qui a besoin de temps ? Leurs traits de caractère que nous connaissons bien se reflètent souvent dans leur manière de manger.
Il est donc fondamental de bien observer votre enfant sans le comparer aux autres, que ce soit par rapport au début de la diversification, au rythme ou aux quantités. Chaque enfant est unique et mange différemment. Et chaque enfant apprend à manger à son propre rythme. Faites-vous confiance au lieu d’écouter les conseils et observez les signaux de votre enfant, car c’est vous qui le connaissez le mieux !
Les enfants nous apprennent la patience
Essayez de rester serein si votre enfant commence à manger plus tardivement. De nombreux bébés refusent la cuillère dans un premier temps, préférant poursuivre ce qui leur est familier. Certains bébés sautent même complètement la phase bouillie ou se laissent plus facilement séduire par les consistances plus variées des aliments solides. Restez zen, mais ne baissez pas les bras.
Tester la nouveauté
Que votre enfant considère d'abord la nouveauté avec scepticisme est tout à fait naturel. Les bébés doivent avoir testé certains aliments jusqu’à 15 fois avant de pouvoir les apprécier. Mais il faut aussi accepter qu’il y ait des aliments que votre enfant n’aime pas du tout.
Qu’est-ce qu’un « Picky Eater » ?
Un « Picky Eater » présente un comportement alimentaire extrêmement sélectif. Ces enfants refusent les aliments d’une certaine couleur, chauffés à une certaine température ou qui ont une odeur ou un goût particulier. La plupart ont une cavité buccale et pharyngée particulièrement sensible. La probabilité d’une prédisposition génétique pour ce trouble est actuellement en cours de discussion. Il est important de prendre ces réticences au sérieux. Proposez des plats que l’enfant apprécie pour qu’il ne perde pas le plaisir de manger.
Variez les plaisirs !
Introduire les allergènes
En principe, la probabilité de développer une allergie alimentaire est faible.
Le facteur génétique est ici déterminant. Si les parents ou les frères et sœurs souffrent d'une allergie alimentaire, le risque que bébé développe également une allergie est plus élevé. Éviter ou introduire tardivement des aliments plus fréquemment allergènes n'offre toutefois aucune protection contre les allergies.
Introduction la 1ère année
À proprement parler, tout aliment doit être considéré comme un allergène auquel le système immunitaire du bébé doit faire face. Cependant, certains aliments, tels que le lait de vache, les œufs, le soja, le poisson, les arachides, les noix, le blé et le sésame, sont connus pour provoquer parfois d’importants troubles physiques.  Selon les dernières études en la matière, il est néanmoins recommandé d’introduire progressivement tous les allergènes, y compris le gluten, dès la première année. Cette recommandation vaut également pour les enfants ayant des frères et sœurs ou des parents souffrant d'une allergie.
Quand introduire le gluten ?
Commencez la diversification avec des variétés sans gluten, telles que le millet, le maïs et le riz, puis introduisez progressivement les variétés avec gluten, comme le blé et l’épeautre, jusqu’au début du 7ème mois.
Tester la nouveauté
Afin de reconnaître d’éventuelles intolérances, n’introduisez toujours qu’un seul aliment nouveau par repas. Si votre enfant le tolère bien, vous pouvez en introduire un nouveau quelques jours plus tard.  Les aliments bien tolérés peuvent varier tous les 1 à 2 jours. Il est conseillé de laisser de côté les aliments moins bien tolérés pendant 2 à 3 semaines avant d’essayer à nouveau. Pour les plus sensibles, il convient de garder le même aliment pendant plus longtemps au début.
Le saviez-vous ?
L’allaitement permet déjà de développer une première tolérance à l’égard des allergènes. C’est pourquoi il est conseillé d’allaiter exclusivement au sein jusqu’à la diversification. Si les parents ou les frères et sœurs souffrent d’une allergie alimentaire, au pollen, d’une névrodermite ou d'asthme et si l’allaitement au sein n'est pas possible ou est insuffisant, il est conseillé de donner un lait infantile hypoallergénique (HA) jusqu’au début de la diversification.
10 conseils utiles
Bien que la diversification alimentaire semble être un sujet difficile à maîtriser à première vue, vous ne pouvez en réalité rien faire de mal si vous respectez les règles les plus importantes.
1. Restez zen Chaque enfant apprend à manger à son propre rythme. Ne comparez pas votre bébé aux autres. Que les quantités varient n'est pas un problème en soi, elles dépendent de nombreux facteurs : les besoins individuels, les poussées de croissance, l’état de santé, les poussées dentaires...
3. Une question de proportion
N’accordez pas trop d’importance aux quantités exactes mentionnées dans la recette. Le plus important, c’est de respecter les proportions.
2. Ne pas forcer
Les parents choisissent ce que l’enfant a le droit de manger, l’enfant décide combien il en mange. Ne forcez jamais votre enfant à manger, mais incitez-le à goûter.
5. Les bienfaits des rituels
Aider à mettre la table, prononcer un dicton en passant à table ou allumer une bougie aident les enfants à trouver leurs repères et à se préparer au repas familial.
4. Découverte sensorielle
Le jeu n'est rien d'autre qu’une exploration sensorielle. Il a toute sa place dans la découverte d’un nouvel aliment... à condition évidemment que celui-ci finisse dans la bouche. 
7. Atmosphère positive
Créez une atmosphère agréable au moment du repas et évitez les conflits et la distraction causée notamment par les médias ou les personnes se levant de table.
6. Fixer des règles
Réfléchissez aux règles que vous souhaitez introduire concernant les repas. Il est important de les définir en fonction de l’âge de l'enfant et de les appliquer scrupuleusement.
9. L’enfant gère lui-même son appétit
Pour favoriser le développement d’un comportement alimentaire sain, il est important que l’enfant fasse lui-même l'expérience de la faim et de la satiété. Ne forcez pas votre enfant à continuer à manger.
8. Éviter le grignotage
Règle générale : le repas est terminé au bout de 20 minutes environ. Observez une pause de 2 à 3 heures entre les repas et évitez le grignotage permanent. Les enfants apprennent ainsi progressivement à manger à leur faim au moment des repas.
10. Pas de chantage
Manger n’est pas une question de performance. Évitez absolument d’utiliser la nourriture pour récompenser ou punir votre enfant.

Des questions à nous poser ?
Service de conseil en nutrition : 0800 6622110
Pour nous joindre :
Pour toute question sur l’alimentation de votre enfant ou sur nos produits, contactez notre service de conseil en nutrition par téléphone ou par mail. Nous nous ferons aussi un plaisir de vous rappeler.
Une dernière astuce :
Inscrirez-vous à la lettre d‘information Holle et profitez de beaucoup d‘avantages
Pour en savoir plus
VISITEZ LE SITE
© 2020 IDS Media. Tous les droits sont réservés.
IDS media
1A, rue André 60500 CHANTILLY
www.ids-media.fr
Testez vos connaissances sur la santé sur Quiz Santé
quiz-sante.fr
Mentions légales